un nouveau collectif SOS Forêt est crée ...

Publié le par cvgg

Tous ensemble nous vaincrons contre la centrale de biomascarade de Gardanne !





 

Juin 2014: Le collectif SOS Forêt Cévennes lance l’alerte

Les forêts cévenoles sont menacées:
Nos territoires forestiers et notre économie forestière sont aujourd'hui confrontés à des évolutions préoccupantes:
- la mise en place de gigantesques centrales électriques alimentées au bois-énergie: Pierrelatte (150000 tonnes de bois par an), Gardanne (900000 t/an), Brignoles etc
- une multiplication de coupes d'exploitation et de pratiques non respectueuses de l'environnement (massif de pin maritime de la Cévenne Ardéchoise, vallée du Rhône);
- des politiques publiques qui poussent à la mobilisation de la ressource bois sans véritablement protéger ni les écosystèmes forestiers, ni le tissu socio-économique des filières locales.


Nous sommes riches de nos forêts:
. La filière forêt-bois offre des opportunités économiques pour nos territoires, à condition de ne pas être détournée vers des projets industriels démesurés motivés par les gains à court terme.
. Notre richesse forestière, ce sont aussi la biodiversité, les effets régulateurs de la forêt (eau, sols, climat), les paysages, et l'ensemble des usages de la forêt. Exploiter la forêt, oui, mais avant tout préserver, partager, cultiver et transmettre l’héritage que constituent nos forêts.


Les citoyens se mobilisent:
. Dans les Cévennes, plusieurs associations et collectifs locaux se sont déjà mobilisés: diffusion d'information, réunions publiques, actions médiatiques, interpellation des élus et des pouvoirs publics se sont succédés ces derniers mois.
. Au niveau national, le collectif SOS Forêt France a dénoncé la loi forestière actuellement en discussion, proposé une série d'amendements, et organisé une manifestation devant le Sénat le 3 Avril. La pétition lancée par SOS Forêt France a recueilli plus de 50000 signatures en un mois.
. Un collectif SOS Forêt Sud a vu le jour il y a quelques mois et se focalise dans un premier temps sur les impacts du projet de méga-centrale de Gardanne.


Pourquoi des collectifs citoyens?
. Elus, institutionnels de la forêt, pouvoirs publics, manifestent abondamment leurs bonnes intentions de "gestion durable" de la forêt, et de développement économique respectueux de l'environnement et des usagers. De plus en plus de collectivités territoriales protestent officiellement contre les projets géants.
. Or pendant ce temps, sur le terrain, la sylviculture productiviste progresse, les dégâts causés par les chantiers d’exploitation s’accumulent, et nos ressources en bois sont captées au profit d'usages industriels contestables.
. Suivront bientôt: la généralisation de la monoculture de plantation, les arbres génétiquement modifiés (ça existe déjà!), la concentration de la propriété forestière et de la filière, et la précarité d'approvisionnement pour les acteurs locaux: petites et moyennes scieries, chaufferies collectives au bois-énergie, filières bois locales.


Que faire?
. Le Collectif SOS Forêt Cévennes s’attache dans un premier temps à informer l’opinion et à interpeller les élus et pouvoirs publics, en toute indépendance vis-à-vis de tout parti politique, groupe de pression ou financeur extérieur.
. Le Collectif est aussi force de proposition, et promeut les initiatives et les politiques alternatives au laisser-faire socio-environnemental dominant.
. Nous appelons chacune et chacun à soutenir SOS Forêt Cévennes et à nous rejoindre pour participer à nos actions.


contact@sosforetcevennes.org              

http://www.sosforetcevennes.org


Sud-Ardèche, hiver 2013-2014

Publié dans dossier "biomasse" EON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 24/02/2015 15:21

je vous soutiens, à quand un comité de surveillance national composé de personnes véritablement indépendantes et non reliées à des intérêts financiers, qui fasse un audit accessible à l'ensemble
des citoyens et initie des modes d'organisations de gestion à long terme des forêtsnon pour la production d'électricité mais pour le chauffage individuel : il n'y a pas de transformation, donc
selon moi(sauf erreur de ma part) moins de perte d'énergie et de gaspillage(les centrales électriques dégagent de la vapeur d'eau pour produire de l'électricité)(quel est le rôle de l'O N F?) en
tenant compte démocratiquement des particularismes locaux, via par exemple les régions, en réalisant des enquetes auprès des habitants, en consultant et synthétisant leurs requete, via les mairies,
puis communautes de communes puis région, par exemple sur un site internet et version papier pour ceux qui ne sont pas adeptes d'internet.