les collectifs de PACA écrivent aux sénateurs

Publié le par cvgg

La loi du 11 Mai 2011 a été voté à l'assemblée Nationale mais doit encore "passer" au Sénat. Le sénateurs peuvent ne pas la voter ou encore l'amender. A cette fin un certain  nombre de collectifs de la région ont adressé une lettre aux sénateurs que vous nous reproduisons ci-dessous:

 

 

 Objet : Appel des collectifs gaz de schiste en faveur de l’abrogation  des permis d’exploration-exploitation des gaz et pétrole de schiste. 

 

 

Mesdames et Messieurs les Sénateurs,

Depuis plus de trois mois, les nombreux bénévoles des Collectifs Gaz de schiste se mobilisent avec vigueur et constance, sur le plan national, contre les projets d’exploration et d’exploitation des gaz et pétrole de schiste et contre les menaces catastrophiques dont ces hypothétiques chantiers sont porteurs en termes de destruction des paysages, des terroirs, et des ressources naturelles qu’ils recèlent.

Or, vous ne pouvez ignorer que la proposition de loi validée le 11 mai 2011, en première lecture à l'Assemblée nationale, prévoit uniquement l'abrogation des permis d'exploitation par fracturation hydraulique et non pas, comme nous l’exigeons, l'abrogation pure et simple de ces permis d'exploitation, quel qu’en soit le procédé.

Enfin, les dispositions instaurant une consultation du public, ainsi qu’une enquête publique dans le cadre de la procédure d’attribution de permis ont également disparu du texte.

La position des Collectifs Gaz de schiste est légitimement justifiée par le triste état des lieux rapporté, depuis les Etats-Unis, (où les procès se multiplient), par les victimes de ces pratiques destructrices, à travers le compte-rendu inquiétant des dégâts irréversibles déjà enregistrés.

Comment, la connaissance de ces constats pourrait-elle en effet faire oublier et accepter:

·        le risque majeur de pollution de l’eau ;

·        le gaspillage et par voie de conséquence la raréfaction de la ressource en eau, dans un contexte aggravant de changement climatique ;

·         les accidents survenus sur les sites d’exploitation et leurs conséquences : évacuation des habitations et de localités entières ;

·         l’émission massive de gaz à effet de serre ;

·        la défiguration de l’environnement et son impact sur l’activité agricole, le tourisme, la faune, la flore, le cadre de vie… ?

Le principe de précaution doit prévaloir. En l’état actuel de nos connaissances, la seule méthode d’extraction de ces gaz est mal maîtrisée et accusée de polluer les nappes phréatiques. Maintenir des permis d’exploitation dans ces conditions est inutile.

Loin d'avoir apaisé les colères, le texte de loi voté le 11 mai 2011 a eu pour effet d’intensifier les inquiétudes et le ressentiment des citoyens en amplifiant leur mobilisation.

C’est pourquoi, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, en votre qualité de représentants des citoyens et électeurs de ce pays, nous vous demandons instamment d’apporter votre soutien à notre démarche, lors de l'examen au Sénat de la proposition de loi relative aux gaz de schiste en rappelant notre refus de toute exploitation, aujourd'hui et demain, sur une quelconque portion de notre territoire, dans le seul souci de préservation de notre patrimoine naturel et culturel, de la santé et de la sécurité des populations concernées.

Croyez, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, à l’assurance de vigilance citoyenne et à notre respectueuse considération.

Pour les Collectifs Gaz de schiste de la Région PACA et par délégation,

Jean-Luc Robinet, membre du Collectif Gaz de schiste 84: Collectif_gazdechiste84@yahoogroupes.fr

Olivier Dumas, membre du Collectif Gaz de schiste Provence; gazdeschisteprovence13@gmail.com

Matthieu Caron, membre du Collectif Gaz de schiste 04: collectif.hauteprovence@orange.fr

Christian Dépret, membre du collectif Gaz de schiste 83: nonaugazdeschiste83@gmail.com

R. Carrodano et A. Gertz, porte paroles du collectif Gardanne : collectifgazgardanne@laposte.net

Publié dans réunions et actions

Commenter cet article